Augmentation mammaire Tunisie

Une augmentation mammaire permet de pallier à une hypoplasie mammaire qui consiste en un volume des seins insuffisant par rapport à toute la morphologie de la patiente. Cette intervention de chirurgie esthétique Tunisie l’hypoplasie peut trouver son origine dans un amaigrissement important ou encore une grossesse suivie d’une période d’allaitement. L’hypoplasie peut aussi exister dès la puberté et peut être accompagnée d’une ptose (affaissement de la glande et distension de la peau du sein).

L’augmentation mammaire consiste en le remplacement du volume jugé insuffisant des seins par la mise en place d’implants derrière la glande mammaire. Les implants mammaires utilisés de nos jours par les chirurgiens en Tunisie ou ailleurs sont composés d’une enveloppe et d’un produit de remplissage. L’enveloppe, lisse ou rugueuse, est dans tous les cas constituée de silicone élastique (élastomère de silicone), quant au produit de remplissage, on utilise comme en France, du sérum physiologique et du gel de silicone, utilisés depuis presque 40 ans.

Préparation de l’augmentation mammaire

Comme pour toute intervention de chirurgie mammaire en Tunisie, la patiente doit faire l’objet d’un bilan sanguin préopératoire correct. Elle doit également avoir un état de santé général jugé bon. Pour le cas de la chirurgie mammaire, on fera attention à tout problème d’anémie, de trouble de la coagulation ou encore d’infection intercurrente. La patiente subira également une mammographie avant toute chirurgie liée au sein.

Une fois ces examens et bilans préopératoires réalisés, le chirurgien procédera avec la patiente à des essayages de prothèses externes qu’il insérera dans le bonnet d’un soutien-gorge afin de décider ensemble du volume et de la forme de l’implant.

Il prendra le temps de discuter avec la patiente, selon sa morphologie, ses attentes et de la symétrie de ses seins et de son thorax, de la prothèse mammaire la mieux appropriée pour son cas.

les prothèses mammaires autorisées en Tunisie

Comme dit précédemment, pour votre augmentation mammaire en Tunisie, deux produits de remplissage sont autorisés comme dans le cas français. Les chirurgiens plasticiens tunisiens utilisent du gel de silicone ainsi que du sérum physiologique en attendant que l’on s’informe plus sur la tolérance et l’inoffensivité de produits comme l’Hydrogel ou l’huile de soja.

Augmentation mammaire : Effet de la silicone sur la santé

La silicone est utilisée depuis 1950 comme matériau implantable. Les molécules de silicone sont introduites dans le corps humain dès la naissance. On estime à environ 6 g la quantité de silicone présente dans l’organisme d’un adulte. Cette substance complètement inoffensive est considérée comme étant le biomatériau le mieux toléré car non allergisante et inerte.

Les silicones sont utilisées comme lubrifiants d’aiguilles, de seringues et d’instruments de chirurgie mais aussi comme anti-mousse dans les colles, comme antiadhésifs dans certains pansements, mais surtout en cosmétologie dans certains fards. On les retrouve aussi bien dans les tétines pour bébés, que dans les crèmes solaires, les rouges à lèvres, les déodorants et de nombreux médicaments.  

La silicone a été incriminée comme pouvant déclencher des maladies auto-immunes chez certaines personnes. En raison du nombre considérable de femmes ayant des prothèses mammaires (estimé à plus de 10 Millions), il est normal d’observer chez ces femmes des associations de pathologies.

La médecine n’a démontré jusqu’au jour d’aujourd’hui, aucune preuve réelle de l’augmentation du risque de maladie auto-immune suite à l’implantation d’une prothèse pré-remplie de gel de silicone.

l’intervention d’augmentation mammaire

L’intervention d’augmentation mammaire consiste en l’insertion d’une prothèse en gel de silicone de manière à ce qu’elle soit couverte de façon optimale par les tissus naturels afin de la dissimuler. Deux possibilités s’offrent au chirurgien pour la réalisation de cette insertion, et ce, selon la morphologie de la patiente. La prothèse peut être mise en place derrière le muscle grand pectoral, si la patiente est mince, sinon la prothèse sera insérée derrière la glande mammaire.

La prothèse peut être mise en place par voie sous mammaire, c’est-à-dire par une incision située dans le sillon du sein (zone de jonction du sein sur la paroi thoracique) ou par une incision en demi- cercle autour du mamelon. Cette dernière option est certes esthétique, mais peut atteindre le processus d’allaitement.

Dans les deux cas, les cicatrices se résorbent dans le temps et sont discrètes. Des conseils très précis sont donnés pour minimiser l’aspect de la cicatrice. Le choix des cicatrices est fonction de chaque cas particulier et est expliqué pendant la consultation préopératoire.

La réalisation d’une augmentation mammaire en Tunisie peut être accompagnée, selon le souhait de la patiente, d’une abdominoplastie ou d’une chirurgie du visage.

Chirurgie des seins en Tunisie et suivi postopératoire

La patiente devra rester hospitalisée deux nuitées après son intervention d’augmentation mammaire en Tunisie et on lui prescrira de puissants antalgiques. Elle sera revue ensuite deux jours après sa sortie de la clinique et ensuite le jour même de son départ. Elle portera pendant la durée d’un mois complet un soutien-gorge de contention.

Les autres suites opératoires sont simples et non gênantes. Un œdème marquera le sein et augmentera quelque peu son volume, et ce durant 6 à 8 semaines, selon les cas. La cicatrisation se fera progressivement, mais si la patiente suit rigoureusement les consignes de son chirurgien, le résultat ne pourra être que satisfaisant.

Augmentation mammaire et suites opératoires

Les suites opératoires de cette opération de chirurgie mammaire en Tunisie sont régulièrement marquées par des douleurs qui s’estompent au bout de huit à dix jours. Au bout de deux à trois mois les tissus sont suffisamment détendus et l’oedème post opératoire associé à la cicatrisation permet de voir la qualité du résultat qui est longtemps stable.

Complications et effets indésirables

L’augmentation mammaire en Tunisie est une intervention notoirement fiable et très sûre. Cependant, on peut avoir à gérer certaines complications dont l’issue est toujours favorable.

• L’hématome consiste en une reprise d’un saignement après l’intervention et nécessite souvent un retour au bloc opératoire pour évacuation, recherche et arrêt du saignement en cause. Le traitement de l’hématome se fait sous anesthésie générale et dure 20 minutes en moyenne. Cet incident est toujours bénin quand il est pris en charge précocement, c’est pourquoi les patientes sont vues très souvent au cours des premières heures après l’intervention. Il n’y a aucune répercussion sur le résultat final.

• La contraction capsulaire est un phénomène encore mal élucidé dans ses mécanismes. Il s’agit de la formation d’une enveloppe de consistance variable autour de la prothèse. Cette capsule peut être très bien tolérée mais dans de rares cas peut entraîner une déformation du sein et peut nécessiter le remplacement de la prothèse et l’extraction de la capsule.

• L’utilisation de prothèses texturées et la mobilisation précoce des prothèses a rendu la contraction capsulaire très rare.

Changement de prothèses mammaires

Le changement des prothèses mammaires en Tunisie s’envisage après une dizaine voire une quinzaine d’années, hormis l’apparition d’un problème. De toute façon, la morphologie du corps de la patiente va évoluer au cours des années : grossesse, prise de poids, ménopause, détente progressive de la peau par la prise d’âge ou la sensibilisation solaire. Il sera alors nécessaire de procéder à une harmonisation entre le volume et la forme des seins par un ré-enroulement cutanéo-glandulaire, ce qui peut faire l’objet de gestes chirurgicaux plus tardifs, secondaires à la mise en place de l’implant mammaire.

Cette intervention permet réellement d’observer de modifications notables dans la silhouette de la patiente. A la patiente seulement de garder à l’esprit qu’elle ne sait ni quand, ni combien de fois, elle pourra être ré-opérée.

Arrêt de travail pour une augmentation mammaire

L’arrêt de travail pour une augmentation mammaire en Tunisie est d’une semaine.

Questions réponses sur l’augmentation mammaire Tunisie

A qui s’adresse cette intervention

L’augmentation mammaire s’adresse aux patientes qui souhaitent accroître le volume de leur poitrine jugée trop petite grâce à l’implantation de prothèses. Elle est notamment réalisée suite à un développement insuffisant de la glande à la puberté, à la perte du volume glandulaire (grossesse, amaigrissement, perturbations hormonales…) ou une ptôse (poitrine « tombante » avec affaissement de la glande. Cette intervention est pratiquée chez la femme, à tout âge à partir de 18 ans.

Quels sont les objectifs et principes de l’intervention

Ce volume de seins insuffisamment est souvent mal acceptée physiquement et psychologiquement par la patiente qui le vit comme une atteinte à sa féminité, avec pour corollaire une altération de la confiance en soi et un mal-être, parfois profond, pouvant aller jusqu’au véritable complexe.

C’est pourquoi, l’intervention se propose d’accroître le volume d’une poitrine jugée trop petite grâce à l’implantation de prothèses.

L’objectif d’une telle intervention est d’améliorer votre apparence et vous donner confiance mais elle ne va pas nécessairement vous transformer ou faire en sorte que votre entourage vous traite différemment.

Avant l’intervention

Un examen attentif de vos seins aura été réalisé par le chirurgien qui prendra en compte tous les paramètres qui font de chaque patiente un cas particulier (taille, poids, grossesses, allaitements, morphologie thoracique et mammaire, qualité de la peau, importance de la graisse et de la glande présente, musculature…).

En fonction de ce contexte anatomique, des préférences et habitudes de votre chirurgien et de vos désirs, une stratégie opératoire est convenue. Seront ainsi prédéterminés l’emplacement des cicatrices, le type et la taille des implants ainsi que leur positionnement par rapport au muscle

Un bilan pré-opératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions.

Vous rencontrez votre médecin anesthésiste en consultation au plus tard 24 heures avant l’intervention.

Aucun médicament contenant de l’aspirine ne doit être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.

En fonction du type d’anesthésie, on pourra vous demander de rester à jeun avant l’intervention.

L’intervention

Votre chirurgien adopte une technique qui lui est propre et qu’il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats.

La cicatrice, toujours petite, peut être située sous l’aréole à la jonction de la zone pigmentée ou sous le mamelon. Elle peut se situer dans le creux axillaire (sous le bras).
Dans tous les cas, les cicatrices sont évolutives et restent en général discrètes à distance de l’intervention. Des conseils très précis sont donnés pour minimiser l’aspect de la cicatrice.
Le choix des cicatrices est fonction de chaque cas particulier et est expliqué pendant la consultation.

La mise en place de la prothèse mammaire est effectuée à partir de la petite incision.
L’implant peut être situé devant le muscle pectoral, ou derrière ce même muscle. Ce choix dépend de la morphologie de la patiente, du volume de la glande initiale, et du volume définitif désiré, ainsi que la nature de la prothèse. La fermeture cutanée est faite avec des fils résorbables.
Un pansement en forme de soutien gorge, légèrement compressif et moulant est appliqué.

En fonction de la voie d’abord et de la nécessité éventuelle de gestes complémentaires associés, l’intervention dure de une à trois heures.

Apres l’intervention

Les suites opératoires sont peu douloureuses en général, et des antalgiques sont prescrits de façon systématique.
Les fils utilisés, sont en général résorbables et il existe un oedème qui régresse en 2 ou 3 semaines.
Certaines précautions comme éviter des efforts importants, ou un sport trop physique pendant une quinzaine de jours sont de rigueur.

Quels sont les resultats de l’intervention

Un délai de deux à trois mois est nécessaire pour apprécier le résultat définitif. C’est le temps nécessaire pour que les seins aient retrouvé toute leur souplesse et que les prothèses se soient stabilisées.

Les cicatrices ne commenceront à s’atténuer qu’après le 6e mois, pour n’atteindre leur aspect définitif qu’après 1 à 2 ans.

L’intervention aura permis une amélioration du volume et de la forme de la poitrine. Les cicatrices sont habituellement très discrètes. Le gain de volume mammaire a une répercussion sur la silhouette globale, permettant une plus grande liberté vestimentaire. Au-delà de ces améliorations physiques, le recouvrement d’une féminité pleine et entière a souvent un effet très bénéfique sur le plan psychologique.

Quelles sont les complications possibles

Comme toute intervention chirurgicale, la correction de la hypoplasie mammaire peut avoir des complications générales tel que : hématome, infection, ou complication anesthésique. Ces complications sont rares.


En fait, le principal inconvénient est la survenue possible d’une induration autour de la prothèse (coque) qui est une forme de réaction excessive de l’organisme par rapport à l’implant. La survenue d’une coque est relativement rare. Elle n’est en aucun cas grave, mais elle est parfois douloureuse. Elle peut « disparaître ou s’atténuer » sous l’effet de « massages appuyés » ou parfois nécessiter une reprise chirurgicale.

Les coques qui peuvent apparaître à distance de l’intervention sont une réaction de votre organisme. Elles semblent moins fréquentes depuis la fabrication des nouvelles prothèses.

Il peut arriver également que la prothèse perde du volume (dégonflement) ce qui nécessite une reprise chirurgicale. Cette complication qui survient avec des prothèses remplies de sérum physiologique ne comporte, du fait même de la nature du liquide (eau), aucune gravité particulière.

Quelles sont les operations simultanees possibles

Une augmentation mammaire peut être associée, si nécessaire, à d’autres gestes complémentaires au niveau du visage ou

de la silhouette. Un lifting des seins lorsque l’hypotrophie mammaire est associée à une ptôse peut être réalisée dans le même temps opératoire.

De retour chez vous

Les cicatrices sont particulièrement surveillées et font l’objet de soins attentifs et personnalisés. Elles deviennent de ce fait plus discrètes.
Des contrôles réguliers permettent de dépister une éventuelle « intolérance », réaction de l’organisme, où de la prothèse, qu’il convient de surveiller et qui peut se traduire par une modification de forme ou de consistance de sein.

Des grossesses ultérieures sont bien entendu possibles. 

Les seins opérés, évoluent normalement dans le temps et notamment en fonction du cycle hormonal et d’éventuelles variations de poids. Le traitement de l’hypoplasie mammaire est donc efficace et dure plusieurs années.
Seules sont à craindre et à dépister une modification de consistance où de forme due à une réaction de l’organisme par rapport à l’implant.

Il est impératif d’effectuer auprès de votre médecin traitant des visites de contrôles régulières pour suivre l’évolution, la cicatrisation, et donner les conseils les mieux adaptés.